Retour Programme
Congrès Annuel de la SFT - Paris, 25-26 novembre 2010
Toxicologie liée à l'environnement

L'évaluation des données existantes - cotation Klimish, Weight Of Evidence.

Pierre Serfass, CIT


La cotation Klimisch

Introduction

Définition de principe dans les documents guides de l'ECHA :
Fiabilité / Reliability - Pertinence / Relevance - Adéquation / Adequacy

Cotation de la Fiabilité / Reliability

Fiabilité au regard des méthodes standardisées, critères de validité, plausibilité.
Présentation de l'échelle en 4 notes :
1 = fiable sans restrictions, 2 = fiable avec restrictions, 3 = non fiable, 4 = non évaluable

Implications pratiques de la cotation Klimisch "fiabilité"

Pour le dossier : seules les études fiables (K1, K2) sont apt
es à construire un dossier solide et sont à résumer Þ le lead registrant peut avoir tendance à évaluer le Klimisch de façon à obtenir un dossier complet.

Pour le partage des données : seules les études fiables (K1, K2) sont partagées contre rétribution Þ les membres du SIEF détenteurs de données moins fiables peuvent avoir tendance à surévaluer leur Klimisch.

Evaluation de la Pertinence / Relevance et de l'Adéquation / Adequacy

Ce sont des paramètres critiques pour l'évaluation des dangers ou des risques, pourtant non cotés et donc non apparents dans le dossier. Typiquement, une étude peut être fiable (Klimisch 1) sans être pertinente et donc amener à une mauvaise conclusion sur les dangers et la classification (divergence de profil d'impuretés, erreur sur la substance testée).

Avec les règles actuelles, seule l'intervention d'un évaluateur indépendant peut éviter de telles anomalies.

L'analyse de la preuve concluante - Weight-of-evidence

Principe général

Appliquée en cas de données discordantes sur une propriété intrinsèque, cette démarche consiste à examiner de façon transversale les données sous forme de matrice : résultats, fiabilité, pertinence, adéquation et donc risques de faux positifs, faux négatifs, sous-estimation ou surestimation.

Le but est d'aboutir à une conclusion (éventuellement sous conditions : exemple : "valable uniquement pour la substance pure à 100 %") malgré les limites de chaque donnée prise individuellement.

Ce travail nécessite impérativement une consultation approfondie des rapports originaux : il ne peut se faire sur base de résumés.

Exemple : sensibilisation à un nitrate organique

•  Réexamen systématisé et cotation Klimisch des études disponibles
•  Données de QSAR (absence de liaison aux protéines)
•  Discussion de l'impact suspecté de la vasodilatation, des impuretés, et/ou de l'irritation cutanée répétée (effet solvant)
•  Impact déterminant de l'examen histopathologique, pourtant non requis par la ligne directrice (test Magnusson et Kligman)
•  Conclusion pour l'enregistrement : non sensibilisant "pour la substance pure".